Rechercher
  • Flavie Stevens

Intestins et naturopathie

Avez-vous déjà entendu l'expression "l'intestin est notre second cerveau" ? Cette affirmation se base sur le fait que notre système digestifs est constitué de près de 200 millions de neurones qui sont en constante interaction avec notre cerveau. Les bactéries qui peuplent nos intestins (on compte plus de bactéries dans le corps humain que de cellules humaines!) ont elles aussi une influence sur notre cerveau, notre comportement et certains troubles psychiques. A plus large échelle, il est prouvé que notre santé générale est étroitement liée à notre santé intestinale. Mais comment la préserver ?


Les différents rôles des intestins

Pour comprendre l'importance de veiller à une bonne santé intestinale, il me parait important de réaliser la complexité des intestins du aux différents rôles qu'ils ont à accomplir.

  • Les aliments que nous ingérons et qui se retrouvent dans notre tube digestif ne sont pas encore à l'intérieur de notre organisme. L'intérieur du tube digestif est l'extérieur de notre corps. Un des rôle de l'intestin est de nous protéger des éléments qui pourraient être nocifs de notre tube digestif. C'est une barrière qui doit empêcher l'entrée de certaines molécules dans notre corps.

  • A contrario, les intestins sont capables de déceler ce qui est important et nécessaire à notre santé et de les laisser passer. Ils nous permettent d'assimiler les nutriments.

  • A la fin de la digestion, tout ce qui ne servira pas à notre organisme sera éliminé via les selles. Le foie qui détoxifie les molécules toxiques et d'autres éléments dont nous n'avons plus besoin, déverse son contenu dans l'intestin qui est chargé de faire sortir ces déchets. Il poursuit donc le travail de détoxification.

Les pathologies fonctionnelles des intestins

On parle de troubles fonctionnels lorsque l'organe atteint n'a pas de lésion. Les causes de pathologie fonctionnelle sont nombreuses et pas toujours faciles à déceler. On compte parmi elle un déséquilibre du système nerveux (neurovégétatif), des carences nutritionnelles, une alimentation non adaptée, les émotions et la sphère psychologique, un manque de production enzymatique, une dysbiose,... Comme toujours, il est important de trouver la cause pour avoir un réel impact sur le dysfonctionnement.


Les ballonnements

Souvent associés à des douleurs et des nombreuses flatulences, les ballonnements sont le reflet de ce qui se passe dans le ventre. Un déséquilibre de la flore intestinale et une alimentation non adaptée (souvent trop riche en glucides) augmentent les bactéries de fermentation. Celles-ci se nourrissent du sucre et le transforment en gaz, ce qui fait gonfler le ventre (parfois jusqu'à avoir le "ventre d'une femme enceinte").


Les troubles du transit

Que ce soit la constipation, la diarrhée ou une alternance des deux, les troubles du transit sont extrêmement communs dans nos populations occidentalisées. Ils induisent une malabsorption des nutriments et souvent une mauvaise élimination des toxines. Sur le long terme, en plus des désagréments qui y sont liés, un transit ralenti ou accéléré est un risque pour la santé.


L'intestin irritable

Aussi appelé colopathie fonctionnelle ou colite chronique, le syndrome de l'intestin irritable est de plus en plus fréquent. Malheureusement, il reste mal diagnostiqué car les examen classiques ne révèlent pas grand chose. Les ballonnements, crampes douloureuses, épisodes de transit ralenti puis accéléré ainsi que les restrictions alimentaires pour éviter la douleur deviennent alors le lot quotidien. Pourtant, une prise en charge globale peut apporter de bons résultats.


L'intestin poreux

Suite à de nombreuses agressions ou à des carences nutritionnelles, il arrive que la paroi intestinale se trouve percée : les cellules ne tiennent plus ensemble et s'espacent. C'est ce qu'on appelle la perméabilité intestinale. L'intestin ne peut donc plus trier ce qui peut ou non entrer dans notre corps. Cela a pour conséquence le déséquilibre du système immunitaire qui peut se marquer par une moins bonne résistance aux infections, l'apparition de psoriasis ou des allergies.


Soutenir la santé intestinale naturellement

Par un bon transit

On l'a vu, le transit est essentiel pour éliminer ce qui doit l'être et absorbé ce dont on a besoin. Bien qu'il n'y ait pas de vérité absolue, une selle par jour de consistance normale pourrait être un bon repère. Le plus important est de s'écouter et de trouver ce qui est bon pour soi.


Au niveau de l'hygiène de vie, certaines pratiques favorisent un bon transit. On pense à l'activité physique et à l'hydratation. L'alimentation a évidemment un grand rôle dans l'élimination des selles. Consommer des aliments riches en fibres et de bons gras faciliteront le transit (retrouvez les 5 conseils pour une alimentation plus équilibrée dans cet article).


Si cela n'est pas suffisant, certaines plantes peuvent venir soutenir le péristaltisme de l'intestin (=mouvement pour éliminer les selles) : le psyllium, la mauve et les graines de lin et de chia. Au contact de l'eau, ces plantes forment un mucilage à l'aspect de gel qui aidera à former une selle de consistance idéale. Ce gel travaille comme un ballet et permet l'élimination sans encombre.


Il est important d'éviter tous les laxatifs (même naturels) qui fonctionnent sur base d'irritation de l'intestin. Sur le long terme, leur usage peut abîmer les parois intestinales jusqu'à développer une perméabilité.


Par un microbiote équilibré

En plus de nous aider à digérer et à assimiler certaines vitamines, notre microbiote (ensemble des bactéries, levures et virus qui peuplent nos intestins) nous aide à nous défendre contre d'autres micro-organismes pathogènes. Lorsqu'il est équilibré tout se passe bien mais si une dysbiose s'installent les ballonnements, gaz et crampes apparaissent.

Il est parfois nécessaire de nettoyer la flore intestinale. Pour cela des antibiotiques naturels comme l'extrait de pépins de pamplemousse à court terme permettront d'éliminer les bactéries en surnombre sans abîmer le reste de la flore. L'utilisation de probiotiques ensuite peut être utile pour réensemencer des souches nos présentes dans nos intestins.


Certaines habitudes sont néfastes pour nos bactéries (boire de l'alcool, fumer, stresser, consommer trop de viande ou trop de sucre,...) et mériteraient d'être adaptée pour épargner notre microbiote.





Par une parois efficace

Au contraire de toutes nos cellules qui utilisent le glucose issu du sucre pour fabriquer leur énergie, les entérocytes (=cellules de la parois intestinales) consomment la glutamine pour vivre. La glutamine est un acide aminé qu'on retrouve dans les protéines. Il est donc essentiel d'un consommer suffisamment, d'autant plus au petit-déjeuner (voir cet article) pour permettre à nos entérocytes de se multiplier et éviter les trous. Dans certains cas de porosité avancée, la complémentation peut être intéressante. Ces cellules ont aussi besoin de bons acides gras et vitamines que l'on trouve dans une alimentation équilibrée, fraîche et adaptée.


La recette de bouillon de poule du Docteur Kousmine (ici) est un condensé des nutriments importants pour le maintien d'une barrière intestinale efficace.


Conclusion

La santé intestinale est un des pilier de la prévention en matière de santé. Elle est essentielle car faisant souvent partie de la cause d'autres symptômes. Souvent, les troubles se mêlent et un travail sur les différents plans est nécessaires. Je ne peux que vous conseiller de vous faire accompagner pour avoir un avis éclairé sur la manière de procéder.


Si vous souhaitez aller plus loin à ce sujet (ou sur une autre thématique) ou obtenir une approche personnalisée de l'alimentation ou de la nutrithérapie, n'hésitez pas à prendre contact avec moi.


Prenez soin de vous.


Flavie

92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout