Rechercher
  • Flavie Stevens

Compléments alimentaires, pourquoi ?

Les compléments alimentaires sont des produits spécialement denses en nutriments (vitamines, minéraux, principes actifs de plantes,...). Leur rôle premier est, comme son nom l'indique, de complémenter les apports d'une alimentation déjà riche et équilibrée. Certain·e·s seraient tenté·e·s de croire que parce qu'ils·elles ont adapté leurs habitudes de vie et leur alimentation ils·elles ne sont pas concerné·e·s par cette question. Malheureusement, ce n'est que rarement vrai. Beaucoup de facteurs comme l'augmentation du stress dans nos société et la paupérisation de la qualité nutritionnelle de nos aliments rendent difficile le maintien de bons taux de nutriments dans nos organismes. Cependant, l'accès facilité aux compléments alimentaires sans prescription rend l'auto-médication de plus en plus aisée.

Encore faut-il un minimum de connaissances sur le bénéfices à tirer d'une complémentation, les dangers potentiels et les posologies.


Pourquoi se complémenter ?


Les fonctions du corps entier sont régies par des milliers de réactions biochimiques. Celles-ci dépendent pour la plupart d'enzymes (petites molécules qui facilitent les réactions chimiques) qui elles-mêmes fonctionnent grâce à des co-facteurs. Ces co-facteurs ne sont rien d'autres que des vitamines ou des minéraux. Lorsqu'ils viennent à manquer, le fonctionnement de l'organisme est ralenti et peut faire apparaître des symptômes comme de la fatigue, maux de tête, difficulté de concentration ou mémorisation, troubles de l'humeur, baisse de l'immunité avec sensibilité aux infections, problèmes de peau ou cheveux, troubles digestifs, perte de libido, douleurs musculaires,...


Alimentation (dés)équilibrée

Pour ne pas avoir besoin de se supplémenter en nutriments, il faudrait consommer chaque jour une alimentation équilibrée quantitativement et qualitativement. On estime à seulement 2% le nombre de personnes qui se nourrissent de manière optimale. Ce chiffre si bas est le reflet de la difficulté à établir un régime équilibré : il n'en existe pas de "tout fait". Pour qu'un régime soit optimal il faut qu'il soit personnel, adapté à chacun·e en fonction de sa physiologie et de son métabolisme. Il faut ensuite que les aliments consommés au court de la journée soient tous correctement assimilés et donc que la digestion soit parfaite et que la barrière intestinale joue bien son rôle d’absorbeur.


Appauvrissement des aliments

L'industrialisation des méthodes agricoles avec la surproduction, l'utilisation d'engrais et de pesticides appauvrit les sols de cultures. Les aliments qui y poussent sont amoindris en nutriments. Aujourd'hui les fruits et légumes contiennent par exemple moins de vitamine C et de magnésium qu'il y a 50 ans. Il faudrait donc en consommer plus pour pallier à cette diminution d'apports. Choisir ses aliments biologiques permet de diminuer ces carences en nutriments mais ce n'est pas toujours suffisant.


Augmentation des besoins physiologiques

La société actuelle nous pousse à toujours plus de rentabilité. Que ce soit par la productivité demandée au travail ou par la charge mentale d'une vie de famille, le stress que nous vivons puise dans nos réserves de micro-nutriments. Notre corps réclame donc plus de vitamines et minéraux pour surmonter cet épisode et continuer à fonctionner correctement. D'autres stress physiques, physiologiques ou psychiques sont la source d'une augmentation des besoins : une grossesse (ou un désir de conception), une activité physique importante, la croissance des enfants, une maladie (aiguë ou chronique), des habitudes de vie consommatrices de nutriments comme la consommation de tabac et d'alcool, un choc émotionnel, les personnes souffrant de troubles digestifs, ...


Comment se complémenter ?


Tout d'abord, il est important d'évaluer ses besoins, soit via une analyse biologique qui révélera clairement les carences, soit via une anamnèse poussée sur les symptômes et les ressentis. Certains compléments peuvent être pris sans trop de tracas car non dangereux. La complémentation d'autres molécules doit être mûrement réfléchie.


Différents compléments

On distingue différentes catégories de compléments :

  • les vitamines (C, B, D, E, K, A)

  • les minéraux (magnésium, calcium, potassium, fer,...)

  • les acides gras (oméga 3, oméga 6, huile de poisson,...)

  • les extraits végétaux (curcuma, ginseng, thym,...)

  • les extraits d'origine animale (pollen, gelée royale, opothérapie,...)

  • les protéines et acides aminés

  • les prébiotiques et probiotiques

  • ...

Synthétiques vs naturels

Le choix des produits est important. Il existe deux grandes catégories de compléments alimentaires : les synthétiques, créés chimiquement dans des laboratoires et les naturels extraits directement de plantes ou de produits animaux. Ils sont souvent plus complets car contiennent tous les principes actifs de la plante, ce qui permet un effet global sur l'organisme. Les éléments qui s'y trouvent sont plus biodisponibles, ce qui permet une meilleure absorption. Souvent moins travaillés, ils contiennent peu d'additifs comme des conservateurs, colorants, solvants et autres molécules toxiques (le comble quand on veut faire du bien à son corps). Mais certains compléments faits de molécules isolées (comme les acides aminés) ne peuvent être fabriqués que de manière synthétique, il faut alors les choisir les plus purs possible.


Quels sont les risques ?

Bien que certaines molécules, comme la vitamine C, peuvent être consommées sans grand risque pour la santé car en excès elles sont éliminées via les urines, d'autres compléments pris en trop grosse quantité peuvent avoir des effets secondaires plus ou moins graves (fatigue, nausées, calculs rénaux,...). La prudence est donc de mise. Je ne peux que vous conseiller de consulter un thérapeute qui vous aiguillera sur les compléments alimentaires intéressants dans votre situation et leurs posologies.


Prenez soin de vous.



60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout