Rechercher
  • Flavie Stevens

Le syndrome prémenstruel, c'est quoi ?

On estime à près de 75 le pourcentage de personnes menstruées souffrant de douleurs ou autres symptômes à l'approche de leurs règles. 20 à 30% des ces personnes sont même incapables de réaliser leur tâches quotidiennes à cause de l'intensité des douleurs. Au vu de notre éducation et des petites phrases entendues comme "il faut souffrir pour être une femme" ou "elle a encore ses règles, elle est chiante", l'ambiance n'est pas à l'écoute de notre corps mais plutôt dans ce cas, au tabou. Pourtant le syndrome prémenstruel (ou SPM) n'est pas une fatalité. Avec la vision holistique de la naturopathie, nous considérons le SPM comme un signe envoyé par le corps, synonyme de déséquilibre. Pour tenter de diminuer ces désagréments, rien de tel que d'apprendre à se connaître et à s'écouter (et découvrir quelques solutions naturopathiques).


Avant de poursuivre la lecture de cet article, je vous conseille de d'abord lire celui sur le cycle menstruel.


Qu'est-ce que le syndrome prémenstruel ?


Ce terme regroupe l'ensemble des symptômes dont souffrent les personnes menstruées. Ces troubles peuvent se manifester de manière physique ou plutôt psycho-émotionnel. Ils apparaissent entre 2 à 7 (voire parfois 14) jours avant le début des règles et disparaissent avec leur venue. Ces manifestations plus ou moins invalidantes sont donc cycliques.


Quels sont les symptômes ?


On dénombre plus de 100 symptômes liés au syndrome prémenstruel. Ils peuvent être isolés ou combinés. Leur intensité ainsi que leur nature et leur durée peuvent varier d'un cycle à l'autre.


Les troubles peuvent être physiques. Les plus courants sont des douleurs et gonflements dans le bas ventre, des maux de tête, les seins plus sensibles et gonflés, une poussée d'acné, des troubles circulatoires comme de la rétention d'eau, l'apparition de varices ou d'hémorroïdes, une digestion plus compliquée avec de la constipation ou de la diarrhée et une sensation de gonflement général avec une prise de poids temporaire.


A cela peuvent s'ajouter des symptômes psycho-émotionnels encore moins acceptés socialement. On peut noter une grande fatigue, des sautes d'humeur et de l'irritabilité, de la tristesse et des crises de larmes, des envies de sucreries ou aliments gras, des troubles du sommeil et encore une plus grande difficulté à se concentrer.


Quelles sont les causes ?


Toutes les causes et les facteurs aggravant le syndrome prémenstruel ne sont pas encore établis. On sait néanmoins que l'apparition de tous ces symptômes est liée à un déséquilibre de la balance hormonale qui survient surtout lors de la deuxième phase du cycle menstruel, après l'ovulation.


Tandis que la sécrétion d’œstrogènes diminue, la progestérone est sécrétée en plus grande quantité, avant de diminuer, elle aussi, en l'absence de fécondation. Lorsqu'il y a un excès d’œstrogènes ou une insuffisance de progestérone lors de la phase lutéale, l'organisme se retrouve en hyperœstrogénie relative. Ce déséquilibre hormonal enduit un gonflement des seins et d'autres organes, une rétention d'eau et des troubles digestifs.


De plus, la chute des concentrations hormonales juste avec l'arrivée des règles influe sur le cerveau. Il existe un lien entre ces deux hormones et la fluctuation des neurotransmetteurs comme la sérotonine qui régule notre humeur, nos émotions et notre sommeil.


Comment atténuer le syndrome prémenstruel de manière naturelle ?


Il sera évidemment essentiel de jouer sur cette balance hormonale pour favoriser la dominance de progestérone en seconde partie du cycle menstruel. Pour cela :

  • éviter les perturbateurs endocriniens, sources de xéno-œstrogènes (œstrogènes synthétiques entrent dans le corps et imitent notre hormone) que l'on retrouve dans les produits menstruels jetables et les pilules contraceptives, les additifs alimentaires comme les édulcorants et le glutamate, les aliments à haute teneur en pesticides et engrais, les produits laitiers et la viande traités aux hormones, le paraben largement utilisé dans la composition des cosmétiques comme les crèmes, gels douche et shampoings et l'eau du robinet.

  • utiliser des remèdes phytothérapeutiques qui soutiennent la production de progestérone : sauge, gattilier et framboisier ne sont que des exemples.

  • veiller à la bonne santé de son foie qui est responsable du recyclage de nos hormones.

Une bonne hygiène de vie est aussi indispensable :

  • arrêter la surconsommation de sucres raffinés et de produits transformés pour privilégier une alimentation anti-inflammatoire, riche en fruits et légumes, céréales complètes, poisson et épices.

  • pratiquer une activité physique qui permet la bonne circulation des hormones, aide à maintenir une humeur constante et soutient le sommeil réparateur.

  • apprendre à gérer le stress, reconnu comme facteur aggravant du syndrome prémenstruel.

J'espère que cet article vous donnera des pistes pour soulager vos symptômes liés aux menstruations. N'hésitez pas à le partager autour du vous pour qu'il aide un maximum de personnes.


Retrouvez toutes mes coordonnées pour débuter un accompagnement en naturopathie ici.


Prenez soin de vous.


24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout